Nous sommes entrés dans un temps de guérison sur la planète, et pour les individus. Chacun de vous peut travailler sur cette idée de se guérir lui-même ; dans son plan émotionnel, mais aussi dans son plan physique et dans son plan matériel. C’est le moment de comprendre que vous avez tous le pouvoir de résoudre les situations qui vous dérangent ou qui vous font souffrir. Vous possédez en vous-mêmes tous les remèdes miracles dont vous avez besoin. Cela est au cœur de vos cellules ; dans votre ADN, dans votre champ vibratoire, il y a le potentiel de guérison. Pour l’activer il faut d’abord que vous compreniez que vous êtes sources de tout ce que vous vivez comme de ce que vous ne vivez pas. C’est vous qui autorisez ou qui n’autorisez pas les choses à venir et à se faire dans votre vie.

C’est votre responsabilité en cette période de comprendre et d’agir, afin de guérir vous-mêmes vos problématiques. Vous pouvez vous faire aider bien sûr par d’autres personnes, par des systèmes et des méthodes, mais celles-ci ne fonctionnent que si vous comprenez que c’est vous qui agissez en les utilisant, et que vous êtes sources à la fois de vos maladies, de vos malheurs, et de vos bien-être, de vos bonheurs, de vos joies.

Je suis la lumière et la joie. Je parle à travers toi pour donner les messages que vous avez besoin d’entendre – en ce moment.

En ce moment précis, car la vie est dans le moment précis elle n’est jamais ailleurs. Un de vos problèmes est de vous projeter toujours dans le passé ou dans le futur, d’anticiper les choses, ou de regretter celles qui se sont produites.

En vous projetant dans le futur, vous le figez ; vous le formalisez selon ce que vous êtes au moment où vous le faites. Or vous n’avez pas activé vos potentiels encore. Vous êtes toujours, pour une bonne part de vous-mêmes, dans l’ancienne énergie. Et la nouvelle énergie, qui s’éveille peu à peu en vous, n’a pas encore développé tout son pouvoir à l’intérieur de vous-mêmes.

Le monde est Un.

Tout découle de la Source, et la Source est en toutes choses.

Tout ce que nous souhaitons est en nous, et le manifester ne consiste pas à demander ou à attirer quelque chose d’extérieur, mais à réveiller ce qui est en dormance en nous-mêmes. Car Tout nous appartient à l’origine.

Ainsi pour créer ce que nous désirons, il s’agit plutôt de cocher la case « Activer / Désactiver » d’un programme qui est en nous, que de fabriquer plus ou moins laborieusement ce qui n’existe pas encore, ou d’obtenir ce qui est rangé dans les étagères de l’univers, très loin quelque part dans ses caves, et à condition que le gardien veuille bien nous en donner l’accès, ou que nous ayons la carte, les clés, l’autorisation, etc.

Nous passons notre temps en bataillant, à chercher ces réalisations, ces biens, ces situations de vie que nous souhaitons, ne pensant qu’à leur absence et leur manque – ce qui le perpétue –, espérant parvenir à les mériter un jour, comme une récompense à notre bonne conduite. Nous marchandons avec un pouvoir extérieur plus ou moins défini pour lui soutirer ce que nous désirons.

Il y a un moment dans la vie où l’on peut considérer toute son histoire, la regarder comme une globalité. Il est possible de voir que tout ce qui l’a constituée, que ce soit des épisodes heureux, des décisions salvatrices, ou des problématiques infernales, des épreuves, des souffrances, des accidents de parcours parfois violents, des situations coincées, emprisonnées, que tout cela a contribué et a constitué une richesse d’être, une couleur dans votre aura, quelque chose qui vous représente, et qui est glorifié à partir du moment où vous en éprouvez de la gratitude.

Vous pouvez ressentir de la gratitude pour tout ce qui a été votre histoire, et ceci vous libère de tout. Ceci vous permet d’être au-dessus des aléas de ce quotidien, ou de ces épreuves plus compliquées et plus lourdes de votre existence, et de pouvoir les considérer comme des petites touches d’un patchwork, des petites pièces qui ont constitué le magnifique tableau que vous êtes, et qui rentrent toutes dans cet ensemble en le dessinant, en le colorant, en le nourrissant et en l’enrichissant. Sans toutes ces petites problématiques, ou ces grosses épreuves, vous ne seriez pas ce que vous êtes aujourd’hui.

Sans ces personnes qui vous ont fait du mal, qui vous ont torturés, qui vous ont violés, négligés, abandonnés, trahis, sans toutes ces choses que vous-mêmes vous avez commises, et que vous regrettez encore, comme une lourde souillure quelque part en vous, un malaise dans lequel vous vous dites « là je n’ai pas été correct, je n’ai pas été cool en faisant ça, j’ai été même horrible parfois », sans toutes ces choses-là vous ne seriez pas ce que vous êtes aujourd’hui.

L’amour divin est en chacun de vous, même quand vous l’ignorez ou vous croyez séparés, quand vous êtes dans la colère ou dans la haine, l’abrutissement, le désespoir ou la souffrance, il y a toujours derrière tout cela l’amour. Vos émotions l’occultent, et ne vous permettent pas de le voir et de le ressentir, mais sous les émotions il y a l’amour, et il ne demande qu’à fleurir pour toutes les traverser, amoureusement, tendrement, juste en douceur. Traverser toutes vos émotions afin d’émerger jusque dans votre cœur et dans votre conscience ; à ce moment-là vos émotions sont transfigurées, et tout ce qui était jusque-là douloureux ou insupportable et qui vous empoisonnait, tout cela peut devenir léger et disparaître, dans un joli feu d’artifice de tendresse et de douceur.

Dans ce processus vous n’avez même pas besoin de pardonner, il n’y a plus rien à pardonner, tout est offert à la divinité à travers vous, cette divinité qui est dans votre cœur, qui est vous-même, et que vous pouvez ainsi recontacter en acceptant et en accueillant cette floraison d’amour à l’intérieur de vous derrière vos émotions. Pour cela il n’y a qu’une solution pour l’atteindre, c’est d’accepter vos émotions, la colère, la haine, l’envie, la jalousie, la tristesse, le désespoir, ceci dans le moment où vous les ressentez. Quand cela survient en vous, n’essayez pas de changer votre état d’esprit, au contraire, entrez dans le sentiment qui est en vous à ce moment-là, aussi désagréable qu’il soit. Autorisez-vous à le ressentir pleinement puisqu’il vient d’une partie de vous, il existe, vous ne pouvez pas faire comme s'il n'existait pas sans vous nier vous-même et nier la réalité.

Quand le vent souffle dans vos cœurs – Je suis ce Vent. Je viens balayer tous les schémas anciens de vos egos, issus de vos peurs, de vos haines, de vos culpabilités. J’apporte dans vos vies les problématiques qui vont vous amener à chercher plus loin la vérité et la lumière, à chercher des résolutions qui ne soient plus des pansements mais des mutations de votre énergie, pour vous ouvrir au niveau de conscience suivant dans votre accomplissement. Quand vous constatez que vous tournez en rond dans toujours les mêmes problèmes, dans le malaise et la lassitude, voire le désespoir, alors vous pouvez faire un arrêt, contempler ce qui est là et vous dire : « Comment changer réellement cet état d’être, qui ne me satisfait pas ? Je sais qu’il existe une autre façon de vivre la vie, de donner et de recevoir, afin de manifester la dimension divine qui est la mienne en  réalité. Comment me libérer de ces routines mentales et psychiques ? Comment remplacer l’ignorance par la maîtrise, comment dégager le seul véritable chemin qui mène à ma réalisation ? Toi, mon âme, guide-moi ! »

Alors Moi, l’âme, Je viens souffler dans ton espace de conscience et Je fais le vide de tes illusions. A mesure que la place devient nette, tu peux créer une autre réalité. A toi de la choisir, avec la plus grande imagination de ton cœur, sans limitation ni crainte.

Je vous mets au défi d’entendre ma vraie Parole et de la suivre. De la devenir. De la proclamer.

Faites-le ! Et vous verrez votre monde changer. Votre énergie s’accroître. Votre ressenti s’illuminer de l’amour de l’univers. Faites-le ! Même le moindre pas amènera cet éveil que vous souhaitez, faites confiance et osez vous laisser balayer par le Vent que Je suis. Ne me craignez pas, car Je suis votre destinée accomplie.

Et il en est ainsi !